Commentaire

Comment utiliser votre échec pour accroître votre succès — 3 commentaires

  1. Bonjour!
    Merci pour cet article fort intéressant.L’échec enfin si on peut appeler ça comme ça…moi je dirais plutot des épreuves de vie sont là pour nous permettre de nous remettre en question….
    Si un échec survient c’est que bien souvent nous nous trompons de voie, ou celle empruntée n’est pas forcément celle qui nous est destinée .
    Ce sont justement ces périodes généralement pas toujours agréables sur le coup qui nous enseignent le +, celles qui nous font sortir de notre zone de confort. Beaucoup de doutes en général, mais si nous persévérons, la vie nous le rend bien souvent au centuple.
    Me concernant, quand une période à troubles se présente, je suis peut être davantage attentive à mes émotions, car celles ci mal gérées peuvent nous jouer des tours.Je me connecte aussi davantage à mes valeurs, c’est à dire ce qui est le plus important pour moi et je m’arme de courage. Tenir le cap coute que coute en attendant que l’horizon se dégage.
    A bientot

    • Bonjour Karima,

      Je suis tout à fait en accord avec ton commentaire qui vient fort à propos compléter l’article.

      Malheureusement, je pense que, bien souvent, notre éducation ne nous a pas préparé à aborder les épreuves de la vie de la bonne façon. Et notre société hyper-compétitive ne nous pardonne aucune faiblesse et a plutôt tendance à nous enfoncer qu’à nous encourager à relever la tête.

      Thomas Edison disait : « Je n’ai pas échoué. J’ai simplement trouvé 10.000 solutions qui ne fonctionnent pas. » Et chaque solution qui n’a pas fonctionné l’a rapproché un peu plus de la réussite finale. Et c’est ainsi que nous devrions considérer chaque « échec » comme une nouvelle marche franchie pour atteindre le sommet.

      Amicalement

      Albert

    • Bonjour !

      La seule façon de ne jamais se tromper et de ne jamais connaître l’échec est de ne pas vivre.

      Commencez par bannir de votre vocabulaire les mots échec et épreuve. Focalisez-vous sur ce que vous apprenez. Utilisez le mot feedback à la place.

      Ce qui ne tue pas rend plus fort.

      Ce n’est pas parce que vous voyez le verre à demi-plein qu’il va se remplir.

      Ce qui fait mal c’est la représentation que l’on se fait des événements, mais vous pouvez décider en vous de les analyser autrement.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

%d blogueurs aiment cette page :